Conseil départemental de la Dordogne

GO
A A A
Vous êtes ici : Servir les citoyens  |  Culture & sport  |  Périgord occitan  |  Apprendre l’occitan  |  Parler, lire, écrire l’occitan !
page précédente

Parler, lire, écrire l’occitan !

page suivante

La question de l’écriture est primordiale pour toute langue. Aucune ne peut en faire l’économie sans risquer de s’évanouir dans les oubliettes de l’histoire. Beaucoup de civilisations pour ne pas avoir pris la mesure de ce passage de l’oralité à l’écrit se sont vues disparaître ou presque de la mémoire de l’humanité.

 

 

L’occitan fut la première langue romane à trouver à l’époque médiévale une norme écrite grâce aux troubadours qui développèrent leur art poétique dans toute l’espace linguistique occitan et même au-delà. Puis pour des raisons politiques et sociales, cette écriture laissa la place à différentes formes jusqu’au siècle passé. Aucune variation de la langue ne prit le dessus sur les autres, et c’est ainsi qu’elle se dialectisa de très nombreuses manières. Mais cependant elle est toujours restée une langue souple et leste, capable d’exprimer la pensée la plus fine. Venue du peuple elle n’en reste pas moins une langue capable d’abstraction comme peut l’être l’espagnol ou l’anglais. Le pari de l’écriture moderne fut de garder à la fois sa simplicité tout en en maintenant la diversité.


L’occitan n’a pas eu de pouvoir central comme le français pour imposer une langue unique par l’intermédiaire de son administration et de son école. L’occitan n’a pas eu non plus un Vaugelas ou un Malherbes pour réduire la Muse et la dépouiller de tout ce qu’il y avait en elle de populaire afin de créer un outil  plus fait pour la sélection sociale que pour la communication ouverte au plus grand nombre. Bien au contraire,  ceux qui travaillèrent à la mise en place de l’écriture classique occitane, entre le XIX° et XX° siècle, tachèrent de forger un outil souple fait pour rendre dans la graphie la langue d’oc dans toute sa variété orale et dialectale. Cette volonté fut aidée par la langue elle-même qui dans sa structure populaire est plutôt monosémique. Ainsi si le dictionnaire français contient autour de 60 000 mots, il faut en compter pas loin de 450 000 pour l’occitan, un peu comme pour l’anglais. Si en français, les homophones sont légions, en langue d’oc se sont les synonymes qui foisonnent. A la chose ou à l’idée correspond un mot et pas un autre.


Aussi, si nous respectons l’écriture dite classique ou moderne occitane qui est enseigné sur la majeure partie de l’espace linguistique occitan, nous pouvons écrire ce qui est dit sans grand risque de confusion. Et malgré les dialectes et leurs prononciations ce qui est écrit en Périgourdin sera lu à Montpellier comme à Clermont-Ferrand. Si quelqu’un sait parler occitan, avec un peu d’aide au début (mais quelle langue n’en a pas besoin pour passer de l’oral à l’écrit ?), il saura lire et écrire rapidement ? Et si quelques fois, fait rare, deux mots s’écrivaient de la même façon, le contexte permettrait à la lecture de sentir la bonne prononciation et d’en comprendre le sens.

Mission à la langue et à la culture occitanes Direction Générale Adjointe de la Culture, de l'Education et des Sports courrier à adresser : 2 rue Paul-Louis Courier - CS 11200
24019 Perigueux Cedex
nous écrire
Mission Langue et Culture occitanes Direction Générale Adjointe de la Culture, de l'Education et des Sports Bureaux situés : Espace Culturel François Mitterrand - 2 place Hoche
24000 Périgueux
Tél.  05.53.02.01.48 nous écrire

© 2011 Conseil départemental de la Dordogne.
Tous droits réservés.