Conseil départemental de la Dordogne

GO
A A A

A suivre en direct sur Youtube : A partir de 14h30 session publique consacrée au Budget Supplémentaire n°1

Vous êtes ici : Servir les citoyens  |  Culture & sport  |  La recherche au service du Patrimoine  |  Exposition : Quoi de neuf chez les Pétrucores ?  |  Quelle exploitation du milieu ?
page précédente

Quelle exploitation du milieu ?

page suivante

Les écrits antiques indiquent que l’Aquitaine romaine était prospère, mais on en sait peu sur les origines de cette richesse. La production économique devait reposer sur les exploitations agricoles adossées aux résidences rurales, les villae.
L’exploitation extensive des campagnes, organisées en parcelles cadastrées, est attestée même si les vestiges matériels sont ténus. Leurs activités étaient complémentaires de celles des agglomérations.
Mais quid chez les Pétrucores ?

Exploitation du fer

Potiers, tuiliers, carriers et forgerons animaient la vie économique du territoire. Ainsi, les Pétrucores sont cités par le géographe grec Strabon pour la qualité de leur travail du fer.


Les travaux menés depuis 10 ans témoignent d’une activité métallurgique sur tout le département, alors qu’on la croyait limitée au nord et au nord-est. Les vestiges visibles sont des restes de bas-fourneaux, du minerai et des déchets de réduction (scorie) identifiés sur de très nombreux sites : Montcaret, Terrasson, Saint-Crépin-de-Richemont…

Agriculture et artisanat domanial

Les villae étaient des domaines fonciers composés d’une résidence (pars urbana) et d’installations productives (pars rustica) dont les vestiges sont rarement étudiés.


A Belou Nord à Saint-Laurent-des-Hommes, un probable étang servant au rouissage du chanvre a été reconnu. La plante assemblée en fagot devait se décomposer dans l’eau avant que l’on puisse en tirer la fibre utilisée pour le tissage ou la fabrication de cordages.


A Boulazac, les fouilles ont mis au jour un établissement vinicole composé d’une zone de transformation et d’un grand chai.


Il confirme le développement de la viticulture en Dordogne à partir du milieu du 1er siècle.

Du sous-sol au pain

La production domestique de farine était réalisée à l’aide de meules à main en pierre, dont de nombreux échantillons sont retrouvés aujourd’hui sur les sites d’habitat. Une grande zone de production de ces meules a été découverte à Saint-Crépin-de-Richemont. Sur plus de 150 hectares, la roche gréseuse spécifique à ce secteur fut exploitée de l’époque gauloise jusqu’au Moyen Age. Ces meules furent commercialisées dans toute la Cité des Pétrucores et certainement au-delà.

 

 

Courrier à adresser : Direction Générale Adjointe de la Culture, de l'Education et des Sports - Service de l'archéologie Hôtel du Département - 2 rue Paul Louis Courier CS11200
24019 Périgueux cedex
nous écrire
Direction Générale Adjointe de la Culture, de l'Education et des Sports - Service de l'archéologie Bureaux situés : Rue Albert Pestour
24000 Périgueux
Tél.  05.53.02.43.40 nous écrire
Ces pages vous intéressent peut être :

© 2011 Conseil départemental de la Dordogne.
Tous droits réservés.