Conseil départemental de la Dordogne

GO
A A A

A suivre en direct sur Youtube : A partir de 14h30 session publique consacrée au Budget Supplémentaire n°1

Vous êtes ici : Servir les citoyens  |  Economie  |  Affaires européennes et coopération décentralisée  |  L'Europe  |  Les autres programmes européens
page précédente

Les autres programmes européens

page suivante

Erasmus + est le programme européen pour l'éducation, la formation, la jeunesse et le sport pour la période 2014-2020. Erasmus + regroupe sept anciens programmes européens (2007-2013) : Education et formation tout au long de la vie, Jeunesse en Action, Erasmus Mundus, Tempus, Alfa, Edulink et le Programme de coopération avec les pays industrialisés. Erasmus + a pour objectif de soutenir un ensemble de synergies et de coopérations à travers différents champs de l'éducation, de la formation, de la jeunesse et du sport.

Erasmus

Erasmus + 2014/2020

Le programme est structuré selon trois actions clefs et deux actions spécifiques (Sport et Jean Monnet).

  • ACTION CLEF 1: Mobilité individuelle à des fins d'apprentissage
  • ACTION CLEF 2: Coopération et partenariat pour l'innovation et le partage d'expériences
  • ACTION CLEF 3:
    - Soutien à la réforme des politiques,
    - Encourager les mobilités d'études et professionnelles à tous les âges de la vie et pour tous les niveaux de formation,
    - Renforcer la coopération et le partage d'expériences entre les institutions.

 

4 types de partenariats sont proposés :

  • Partenariats stratégiques,
  • Alliances de la connaissance
  • Alliances sectorielles
  • Coopération internationale avec des pays tiers.

 

Renforcer les outils et les instruments mis en place pour faciliter la mobilité en Europe et la coordination des Etats membres dans les domaines de l'éducation, la formation et la jeunesse.

 

ACTION SPORT

Soutenir la mise en œuvre de l’inclusion sociale et de l’égalité des chances, notamment la stratégie d’égalité des genres et la stratégie sur le handicap, les lignes directrices sur l’activité physique pour encourager la participation dans le sport, et l’activité physique.

 

ACTION JEAN MONNET

Promouvoir l’enseignement et la recherche sur l’intégration européenne.

 

Quels sont les objectifs du programme Erasmus + ?

Le programme Erasmus + a pour objectif général de renforcer, à travers le soutien à la jeunesse, au sport, à l'éducation et à la formation, les compétences, l'employabilité des jeunes. Il vise également à promouvoir le multilinguisme, la dimension multiculturelle de l'Europe, la participation et la visibilité internationale des organismes européens.

A cette fin, plusieurs types de projets pourront être soutenus dont notamment la mobilité des étudiants, des professeurs, des jeunes, la coopération entre organismes d'éducation, de formation et de jeunesse, ainsi que l'organisation d'événements sportifs.

Ces objectifs sont complétés par les objectifs spécifiques de chaque type d'action.

  • Action Clef 1 : Mobilité individuelle à des fins d'apprentissage
    L'Action Clef 1 vise à promouvoir les mobilités transnationales d'études, de formation et professionnelles à tous les âges et à tous les niveaux de formation vers un des 28 Etats membres ou vers un pays tiers. Celles-ci ont pour objectif d'encourager l'acquisition de nouveaux savoirs et de nouvelles compétences, de renforcer les compétences linguistiques, l'employabilité, la citoyenneté européenne et la coopération éducative.
    A cette fin, l'Action Clef 1 encouragera la mobilité des étudiants, des travailleurs du secteur de la jeunesse, des apprentis, des jeunes et des professeurs. Cette action financera des projets de mobilité pour :
    • les étudiants, les apprentis de la formation professionnelle et de l'enseignement supérieur dans le cadre d'un stage ou de leurs études,
    • les travailleurs de jeunesse dans le cadre d'une formation,
    • les professeurs de la formation professionnelle, de l'enseignement primaire, secondaire et supérieur dans le cadre de missions d'enseignement ou de leur formation,
    • les jeunes et les jeunes travailleurs.

 

Quatre types de projets seront financés dans le cadre cette action :

  1. Les projets de mobilité dans les secteurs de l'éducation, de la jeunesse et de la formation.
    Ces projets ont pour objectif de soutenir des mobilités transnationales afin de renforcer les compétences, y compris linguistiques, des jeunes, des apprenants, des travailleurs de jeunesse et des professeurs dans le cadre de formations, de stages, d'études etc. Pour le secteur de la jeunesse, deux types de projets sont éligibles : les échanges de jeunes et le Service Volontaire Européen (de 1 à 30 jeunes).
  2. Les Services Volontaires Européens à grande échelle.
    Ces initiatives ont pour objectif de soutenir les actions de volontariat regroupant au minimum 30 jeunes. Ces projets sont réalisés dans le cadre d'événements européens ou mondiaux dans le domaine de la jeunesse, de la culture, du sport tels que les Capitales Européennes de la Culture, les Sommets Mondiaux de la Jeunesse... Des activités complémentaires visant à promouvoir le volontariat sont également éligibles.
  3. Les masters conjoints.
    Cette initiative repose sur le développement d'un enseignement d'excellence au niveau universitaire et la délivrance d'une formation et d'un diplôme commun. A ce titre, il encourage la mise en place de partenariats entre différentes universités et, lorsque cela est pertinent, avec d'autres organismes tels que les entreprises ou les centres de recherche. Un master conjoint doit réunir des établissements d’enseignement supérieur d’au moins trois "pays programme" différents.
  4. Le mécanisme de garantie de prêts pour les étudiants en master.
    Cet instrument permet à chaque étudiant en master, désirant suivre un cycle complet dans un des "pays programme", de candidater pour bénéficier d’un prêt à des conditions avantageuses. Le Fonds européen d’investissement (FEI), responsable de sa mise en oeuvre, délèguera l’octroi des prêts à des intermédiaires financiers dans les Etats membres, qui seront le point de contact pour les étudiants. Cet instrument devrait être mis en place pour la rentrée de septembre 2014.

 

Action Clef 2 : Coopération et partenariat pour l'innovation et le partage d'expériences
L'Action Clef 2 a pour objectif de promouvoir la coopération internationale et le partage d'expériences entre les secteurs de l'enseignement scolaire, l’enseignement supérieur, la formation et l’enseignement professionnels et le secteur de la jeunesse. A cette fin, cette action soutiendra quatre types de partenariats :

  • Les partenariats stratégiques
    Visant l'échange de bonnes pratiques, l'innovation dans les secteurs de l’éducation, de la formation et de la jeunesse, ainsi que la reconnaissance et la validation des connaissances et des compétences. Ceux-ci promeuvent également la coopération entre autorités régionales et locales pour le développement de l'éducation et de la formation et le soutien à l'entrepreneuriat.
    Les partenariats stratégiques sont ouverts à toute organisation publique ou privée établie dans un "pays programme" ou un "pays partenaire". En règle générale, un partenariat stratégique doit réunir au moins trois partenaires de trois "pays programme" différents.

Des partenariats réunissant seulement deux partenaires de deux pays différents sont cependant éligibles dans les cas suivants :
Projets impliquant seulement des établissements scolaires
Partenariats dans le secteur de la jeunesse
Partenariats promouvant la coopération entre autorités locales ou régionales en charge de l’éducation (anciens Comenius Regio).
Le partenariat doit alors inclure, pour chaque pays, une autorité locale ou régionale, un établissement scolaire et une organisation locale active dans un autre secteur de l’éducation, formation, jeunesse ou sur le marché du travail.

  • Les alliances de la connaissance :
    Partenariats de grande envergure pour la modernisation et l'innovation dans l'enseignement supérieur, le développement de l'entrepreneuriat, l'échange de connaissances entre le monde de l'entreprise et l'enseignement supérieur. Les alliances de la connaissance doivent réunir au moins six partenaires de trois "pays programme" différents, dont au moins deux établissements d’enseignement supérieur et deux entreprises. Les alliances sont en outre ouvertes à toute organisation publique ou privée.
  • Les alliances sectorielles pour les compétences :
    Coopération entre les établissements de formation professionnelle et le monde de l'entreprise, afin de remédier à des manques de compétences dans des secteurs économiques donnés. Ces alliances contribuent ainsi au rapprochement entre établissements de formation et marché du travail. Les projets définiront et mettront en oeuvre des cursus communs.
    Les secteurs éligibles en 2014 sont les suivants : textile, commerce, techniques de fabrication avancées, TIC, technologies de l’environnement (éco-innovation), secteurs culturel et créatif. Une alliance sectorielle pour les compétences doit réunir au moins neuf partenaires de trois "pays programme" différents (dont deux Etats membres de l’UE). Elle doit compter au moins une organisation de chaque catégorie suivante, dans chacun des pays partenaires :
    • Organisations publiques ou privées prestataires d’enseignement et de formation Professionnels,
    • Organisations publiques ou privées possédant une expertise dans un secteur et en étant représentatives au niveau régional, national ou européen
    • Organisations publiques ou privées ayant une fonction de régulation des systèmes d’éducation et de formation.
  • Le renforcement des capacités du secteur de la jeunesse :
    Coopération internationale avec les pays du voisinage européen, les pays d'Amérique du Nord, d'Amérique Latine, d'Afrique et d'Asie. Ces partenariats ont pour objectif de renforcer la coopération entre les pays de l’Union européenne et les pays tiers dans le secteur de la jeunesse, d’améliorer la qualité et la reconnaissance du secteur non formel dans les pays tiers, et de promouvoir la mobilité de jeunes à des fins d’apprentissage non formel entre différentes régions du monde. De nombreux types d’activités, y compris l’organisation d’échanges de jeunes ou de Services Volontaires Européens à destination ou vers les pays tiers, peuvent être intégrés au projet si ces activités sont jugées pertinentes pour atteindre les objectifs visés.
    Les projets de renforcement des capacités du secteur de la jeunesse doivent réunir au moins trois partenaires de trois pays différents, dont au moins un "pays programme" et un pays partenaire éligible (pour la liste de ces pays, se référer au Guide du Programme). Le coordinateur du projet doit être établi dans un "pays programme" et appartenir à l’une des catégories suivantes : autorité publique nationale, régionale ou locale ; association ou ONG ; conseil national des jeunes. Tout type d’organisation publique ou privée peut être partenaire du projet.

 

Action Clef 3 : Soutien à la réforme des politiques

Cette action a pour objectif de renforcer les outils et les instruments de l'Union européenne pour la mobilité, et la coopération entre les Etats membres de l’UE dans les secteurs de l'éducation, de la formation et de la jeunesse.

L'Action Clef 3 soutient les actions suivantes :

  1. Rencontres entre les jeunes et les décideurs dans le domaine de la jeunesse :
    Réunions, conférences et consultations donnant lieu à une interaction entre les jeunes et les responsables des politiques de jeunesse. Ces événements peuvent avoir lieu au niveau national (dans ce cas, le projet implique une seule organisation) ou international (au moins deux organisations partenaires de deux pays différents). Ces projets sont organisés dans le cadre du Dialogue Structuré avec la jeunesse :http://europa.eu/youth/node/4450_fr
  2. Le développement des connaissances et des expertises :
    Dans le domaine de l'éducation, de la formation et de la jeunesse : études, collecte de données, échanges d’expérience, événements de la Présidence du Conseil de l’UE, soutien à la Méthode Ouverte de Coordination.
  3. Le développement des initiatives prospectives :
    Visant à mettre au point des politiques d’éducation, de formation et de jeunesse innovantes, à préparer leur mise en oeuvre, et à soutenir des initiatives européennes tels que les outils de reconnaissance des qualifications, les réseaux européens ou d’autres outils visant à une approche européenne de l’éducation, de la formation et de la jeunesse.
  4. La coopération avec les organisations internationales :

Telles que l'OCDE et le Conseil de l'Europe. Cette action vise aussi à encourager le dialogue entre pays, la promotion de l'enseignement supérieur européen dans le monde, le soutien au Réseau d'Experts de la Réforme de l'Enseignement Supérieur (Higher Education Reform Experts : HEREs)

 

Action Sport
L'Action Sport soutient deux types d'initiatives :

  • Partenariats collaboratifs,
  • Evénements sportifs à but non lucratif.

 

Les partenariats collaboratifs encouragent différentes activités telles que :

  • Le développement de réseaux, l'identification et le partage de bonnes pratiques ;
  • Le développement et l'implantation de modules de formation et d'éducation ;
  • La sensibilisation auprès du public des bienfaits du sport et de l'activité physique ;
  • La recherche et collecte de données visant à surmonter les défis sociaux et économiques ;
  • Le développement de synergies entre les domaines du sport, de la santé, de l'éducation et de la jeunesse ;
  • L’organisation de séminaires, de réunions, et d'événements sur les thématiques susmentionnées.

 

Pour être éligible, le consortium doit être constitué d'au moins cinq organisations à but non lucratif ou publiques issues de cinq "pays programme" différents.
NB : les "pays partenaires" n'entrent pas dans la comptabilité du consortium, et constituent de ce fait une valeur ajoutée.

 

La durée du projet doit couvrir une période de 12 à 36 mois selon les objectifs affichés par le consortium. Le projet doit se dérouler dans un ou plusieurs des pays partenaires.
Le taux de cofinancement est de 80% des coûts éligibles. La subvention ne peut excéder 500 000 €.

 

Les événements sportifs à but non lucratif encouragent différentes activités telles que :

  • L'organisation de séances de formation à destination des athlètes, des entraîneurs, des organisateurs pour la phase préparatoire de l'événement ;
  • L'organisation d'événements ;
  • L'organisation d'activités parallèles à l'événement sportif telles que des conférences ou des séminaires ;
  • Suites du projet (évaluations, élaboration de nouvelles activités).

Seules les organisations publiques ou à but non lucratif sont éligibles au projet. Les candidats peuvent être issus d'un seul Etat membre. Toutefois, l'événement sportif devra associer des participants issus d'au moins12 "pays programme" différents. La durée du projet doit être d'un an maximum. Le taux de cofinancement est de 80% des coûts éligibles. La subvention ne peut excéder 2 millions €.

 

Action Jean Monnet
L'Action Jean Monnet a pour objectif de promouvoir l'excellence de l'enseignement et de la recherche dans le domaine des études européennes et notamment de l'intégration européenne. Cette action vise également à encourager les échanges entre le monde académique et le monde politique dans l'objectif de renforcer la gouvernance des politiques européennes.

 

L'Action Jean Monnet cible principalement les domaines de recherche européens suivants : les études régionales comparatives, la communication, l'histoire, l'économie, le dialogue interculturel, les études interdisciplinaires, les relations internationales et diplomatiques, les études juridiques et les études politiques et administratives. En outre, d'autres domaines de recherche peuvent être inclus dans le cadre de cette action tels que la sociologie, la géographie, la littérature, les arts… si les projets contribuent à l’européanisation de leur discipline.

 

6 types de projets sont financés dans le cadre de l'Action Jean Monnet.

  1. Les Modules Jean Monnet : programmes pédagogiques courts sur l'intégration européenne d'une durée minimale de 40 heures de cours par année universitaire.
  2. Les Chaires Jean Monnet : postes d'enseignement dans le domaine des études sur l'intégration européenne.
  3. Les Centres d'excellence : structures pluridisciplinaires rassemblant au sein d'une ou plusieurs universités des ressources scientifiques, humaines et documentaires spécialisées dans l'étude et la recherche sur l'intégration européenne.
  4. Le Soutien aux institutions et aux organisations ayant pour objectif de promouvoir la diffusion de la recherche sur l'Union européenne.
  5. Les Réseaux Jean Monnet ont pour objectif la création de consortiums de différents acteurs internationaux (centres d'excellence, départements universitaires et de recherche, experts individuels etc.) dans le domaine des études européennes.
  6. Les Projets Jean Monnet ont pour objectif de soutenir l'innovation, la mutualisation et la diffusion des méthodologies pour promouvoir l’enseignement en études européennes.

 

Qui peut participer à Erasmus + ?

Le programme Erasmus + est ouvert à toutes les structures et tous les acteurs concernés par l’éducation, la formation, la jeunesse et le sport, dans les "Pays Programme" incluant les 28 Etats membres, la Norvège, la République de Macédoine, l'Islande, le Liechtenstein, la Turquie.
Le programme Erasmus + peut être également ouvert aux "Pays Partenaires" selon certains critères ou
conditions spécifiques. Il s'agit de l'Arménie, l'Azerbaïdjan, Biélorussie, Géorgie, Moldavie, Ukraine, Algérie, Egypte, Israël, Jordanie, Liban, Libye, Maroc, Tunisie, Albanie, Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Monténégro, Serbie, Russie, Suisse*.
Certaines actions du programme peuvent être ouvertes à d’autres pays que les "pays programme" et les "pays partenaires". Pour plus d’informations, il convient de consulter les descriptions détaillées des actions dans le Guide du programme.
* Suite au résultat du vote helvétique du 9 février 2014, limitant le principe de libre circulation au sein de la zone Schengen, les négociations avec la Suisse pour l'intégration au programme Erasmus + comme " Pays Programme" sont actuellement suspendues. En conséquence, la Suisse bénéficie du même statut que les "Pays Partenaires".

 

Comment bénéficier du programme ?

Erasmus + fonctionne sur la base d’un appel à propositions annuel. Les actions d’Erasmus + sont réparties en deux catégories concernant leur mise en oeuvre :

Actions centralisées : les candidatures sont à soumettre auprès de l’Agence exécutive européenne
Culture, Education et Audiovisuel (EACEA), située à Bruxelles. Il s’agit notamment des masters conjoints, des Services Volontaires Européens à grande échelle, de certaines initiatives de l'Action Clef 3, de l’Action Jean Monnet et de l’Action Sport sont à soumettre auprès des agences nationales, l’Agence Europe-Education-Formation France (2E2F) pour les projets d’éducation-formation, et l’Agence française pour le programme Jeunesse en Action (AFPEJA) pour les projets de jeunesse.

Les dates limites de candidatures, ainsi que la répartition entre actions centralisées et décentralisées, sont indiquées dans le tableau de la section Appels à propositions ci-dessous.

 

Quel est le budget du programme ?

Le budget total pour la période 2014-2020 est de 14,774 milliards €. Ce budget est réparti comme suit :

  • Education et formation : 77.5%, dont au moins :
    43% pour l’enseignement supérieur
    22% pour la formation professionnelle
    15% pour l’enseignement scolaire
    5% pour l’éducation et la formation des adultes
  • Jeunesse : 10%
  • Sport : 1.8%
  • Jean Monnet : 1.9%
  • Budget de fonctionnement des agences nationales : 3.4%
  • Dépenses administratives : 1.9%
  • Instrument de garantie de prêt pour les étudiants en master : 3.5%

 

Le budget de chacun des secteurs peut varier de 5% au maximum.

Les pourcentages minimaux suivants doivent être attribués aux Actions Clef :

  • 63% pour l'Action Clef 1
  • 28% pour l'Action Clef 2
  • 4,2% pour l'Action Clef

 

CONTACTS

AGENCE EUROPE-EDUCATION-FORMATION FRANCE (2E2F)
25, Quai des Chartrons
33080 Bordeaux Cedex, France
Tel.: + 33 (0) 5 56 00 94 00
Fax : + 33 (0) 5 56 00 94 80
Courriel : contact@2e2f.fr
Site Internet : http://www.erasmusplus.fr/penelope/

 

AGENCE FRANÇAISE DU PROGRAMME JEUNESSE EN ACTION (AFPEJA)
95, avenue de France
75 650 Paris Cedex 13
Tel : + 33 (0) 1 70 98 94 10
Courriel : peja@injep.fr
Site internet : http://www.erasmusplus-jeunesse.fr/site/

 

Europe créative

Europe créative 2014/2020

Le programme Europe Creative soutient des projets et initiatives destinés à préserver et défendre la diversité culturelle et linguistique européenne, tout en renforçant la compétitivité des secteurs de la culture et de la création.
Il s’inscrit dans la continuité des programmes culture MEDIA et MEDIA MUNDUS (2007-2013) de la Commission Européenne.

 

Qui peut participer ?

Le programme est ouvert à tout organisme public ou privé, doté d’une personnalité juridique et exerçant une activité principale dans le domaine culturel et créatif. Pour être éligible, un organisme candidat doit avoir son siège social dans un des pays suivants :

  • Les 28 Etats membres de l’Union Européenne,
  • Les pays en voie d’adhésion parmi lesquels les pays candidats (Islande, Ancienne République Yougoslave de Macédoine, Monténégro, Serbie, Turquie) et les candidats potentiels (Albanie, Bosnie-Herzégovine, Kosovo),
  • Les pays de l’AELE : Islande, Liechtenstein, Norvège et Suisse.
  • Les pays relevant de la politique européenne de voisinage : Maroc, Algérie, Tunisie, Lybie, Egypte, Israël, Jordanie, Autorité de Palestinienne, Liban, Syrie, Arménie, Azerbaïdjan, Géorgie, Moldavie, Ukraine, Biélorussie.

 

Quels sont les objectifs du programme ?

Europe Créative vise à sauvegarder, à développer, à encourager la diversité culturelle et linguistique et à promouvoir les secteurs culturels européens, ainsi qu’à contribuer au renforcement de la compétitivité des secteurs culturels et créatifs européens.
Les objectifs spécifiques du programme sont les suivants :

  • Soutenir la capacité des secteurs culturels et créatifs à opérer à l’échelle transnationale et internationale,
  • Promouvoir la mobilité transnationale des personnes travaillant dans le secteur culturel et encourager la circulation transnationale des œuvres, des productions artistiques et culturelles,
  • Renforcer de manière durable la capacité financière des PME, des micros, petites et moyennes organisation dans les secteurs culturels et créatifs,
  • Soutenir la coopération politique transnationale, encourager le développement de l’audience et la création de nouveaux modèles commerciaux et de gestion.

 

Quelles sont les actions du programme ?

Le programme prévoit deux sous-programmes pour la mise en œuvre de ces objectifs :

  • Le sous-programme CULTURE,
  • Le sous-programme MEDIA.

 

Ces sous-programmes sont complétés par le VOLET TRANSSECTORIEL


Sous-programme CULTURE

Le sous-programme CULTURE soutient les types de projets suivants :

  • Les projets de coopération européenne qui visent à:
    • L’acquisition de nouvelles compétences et de nouveaux outils pour les acteurs de la culture tels que les compétences numériques et les nouveaux modèles de management. Cet objectif se réalise entre autres par le biais d’échanges culturels. Les projets peuvent également développer des séances de formation, des workshops, la construction de sites internet notamment.
    • Soutenir le développement de la carrière des acteurs artistiques et culturels via l’organisation d’échanges entre les pays. Les acteurs culturels peuvent par ce biais développer un projet artistique à l’étranger en incluant un public le plus large possible.
    • Soutenir les organisations culturelles telles que les théâtres, les festivals, les groupes de musique pour la coproduction d’évènements culturels en tournée dans différents pays ou la coproduction d’un seul évènement ayant un rayonnement international.
    • Soutenir l’échange d’œuvres artistiques et culturelles ayant une forte dimension européenne entre les musées.

 

  • Les projets de coopération européenne proposent deux types de co-financement :
    • Les projets de coopération à petite échelle regroupant au moins trois partenaires de trois pays différents. Ces projets concernent des demandes de financement ne dépassant pas 200.000 €, le taux de co-financement atteignant au maximum 60 % du budget éligible.
    • Les projets de coopération à grande échelle regroupant au moins six partenaires de six pays différents. Ces projets concernent des demandes de subvention qui ne dépassent pas 2.000.000 € et représentent un taux maximum de 50 % du budget éligible.

Durée : 2 ans.

 

  • Les projets de traduction littéraire qui visent à:
    • Favoriser la circulation des œuvres littéraires entre les pays
    • Soutenir la diversité linguistique en Europe et diversifier les publics.

 

La Commission Européenne offre un co-financement pour des projets de :

  • Traduction et publication des œuvres de fiction,
  • Promotion et distribution des œuvres traduites via les technologies numériques.

Les éditeurs, les maisons d’édition ayant une personnalité juridique depuis deux ans minimum et établis dans un pays éligible peuvent participer aux projets de traduction littéraire.

 

  • Les projets de traduction littéraire offrent deux catégories de co-financement :
    • Les projets d’une durée de deux ans concernant des demandes de subvention ne dépassant pas 100.000 €, soit 50 % maximum du budget éligible.
    • Les accords-cadres de partenariat comprenant des actions de traduction et de promotion de 5 à 10 œuvres de fiction chaque année et couvrant une période de trois ans. Les subventions annuelles attribuées dans le cadre de ces projets ne dépasseront pas 100.000 € et 50 % du budget annuel éligible.
  • Les projets « réseaux européens » qui visent à soutenir des actions telles que :
    • L’organisation de réunions, de conférences pour le développement d’outils et l’échange de pratiques entre les acteurs culturels,
    • Le renforcement de réseaux professionnels et partenariat. A ce titre, des échanges entre professionnels de la culture, les artistes et les décideurs politiques seront particulièrement encouragés.
    • L’analyse comparative des politiques, des programmes et des entraves au développement de la culture aux niveaux européen, national, régional et local.
    • La collecte de données quantitatives et qualitatives de différents secteurs culturels.
    • La préparation d’une lettre d’information et l’entretien d’une base de données visant à aider les professionnels de la culture, les artistes et les publics.

Les réseaux européens cofinanceront des projets de grande échelle menant des actions en direction des professionnels de la culture. Les projets seront cofinancés à hauteur de 250.000 € par an. Les réseaux européens doivent être composés d’au moins 15 organisations différentes issus de 10 pays. Deux appels à projets sont prévus : 2014 (projets de trois ans) et 2017 (projets de quatre ans).

NB : les personnes physiques ne sont pas éligibles à ce type de projets.

  • Les plateformes européennes :
    Ces projets visent à soutenir la promotion ainsi que la diffusion de la jeune création européenne et des jeunes talents européens. A ce titre, la/les plateforme(s) doivent organiser des activités communes à tous les membres, développer des valeurs partagées et des projets culturels communs.

Trois appels à projets sont prévus : 2014 (projets de trois ans), 2015 (projets de deux ans) et 2017 (projets de quatre ans). Le taux de cofinancement est de 80 % par an, la contribution d’Europe Créative étant de 500.000 au maximum. Le programme soutiendra en priorité les associations à but non lucratif et un nombre limité de plateformes issues du même secteur culturel. Pour être éligible, la plateforme doit coordonner au moins 10 acteurs culturels de 10 pays différents.

NB : les personnes physiques ne sont pas éligibles à ce type de projets.

 

Sous-programme MEDIA

Le sous-programme MEDIA comprend les actions suivantes :

  • Soutien au développement de concepts et de projets de jeux vidéo,
  • Soutien et développement de l’audience,
  • Soutien aux fonds de coproduction internationaux,
  • Soutien à la formation,
  • Soutien à l’accès aux marchés (single action),
  • Soutien à l’accès aux marchés (partenariats – cadre),
  • Soutien à la mise en réseau des salles de cinéma programmant des films européens « réseaux de salle de cinéma »,
  • Soutien à la distribution des films non nationaux – « soutien automatique »,
  • Soutien à la distribution des films non nationaux – « soutien agent de vente »,
  • Soutien à la distribution transnationale de films européens – système de soutien sélectif au cinéma,
  • Soutien aux festivals de cinéma,
  • Soutien au développement de projets individuels et catalogues de projets (Slate funding),
  • Soutien à la programmation télévisuelle d’œuvres audiovisuelles européenes.

 

VOLET TRANSECTORIEL

  • Soutien à la coopération politique transnationale,
  • Soutien au réseau de bureaux Europe Créative : points de contact nationaux.
  • Soutien au mécanisme de garantie en faveur des secteurs culturels et créatifs : cet instrument financier sera mis en œuvre à partir de 2016. Il sera mis en œuvre par le Fonds européen d’investissement et s’appuiera sur un réseau de banques partenaires pour proposer des garanties financières aux entreprises du secteur culturel et créatif.


Quels est le budget du programme Europe Créative ?

Le budget total pour la période 2014 – 2020 est de 1,808 milliards d’€. Les montants minimaux alloués aux actions sont répartis comme suit :
- Sous-programme CULTURE : 31 % du budget
- Sous-programme MEDIA : 56 % du budget
- Volet TRANSECTORIEL : 13  % du budget.


CONTACTS

Commission européenne :
AGENCE EXCETIVE POUR L’EDUCATION, L’AUDIOVISUEL ET LA CULTURE
Avenue du Bourget 1 (BOUR 04/02)
B – 1140 BRUXELLES – Belgique
Site internet : http://eacea.ec.europa.eu/creative-europe_en



 

COMENIUS REGIO

Les partenariats Comenius Regio ont pour objet de favoriser la coopération régionale dans le domaine de l'enseignement scolaire, ainsi que l'échange d'expériences et des bonnes pratiques entre régions et villes d'Europe, sur des sujets de leur choix.

Ces partenariats aident les autorités régionales à améliorer les options éducatives proposées aux élèves en âge scolaire. Les autorités régionales sont invitées, avec les écoles et autres partenaires compétents de leurs régions ou villes, à former un réseau avec d'autres régions européennes et à collaborer sur tout sujet d'intérêt commun.

Les partenariats Comenius Regio peuvent organiser, par exemple, des échanges d'enseignants, des activités communes de formation des enseignants, des apprentissages entre pairs (peer learning), ou des visites d'étude. Ils peuvent également lancer d'autres activités dans leur région, telles que des enquêtes, de nouvelles approches en matière d'éducation et des campagnes de sensibilisation.

Les partenariats Comenius Regio :

  • visent à développer la dimension européenne de l'enseignement scolaire en promouvant des activités communes de coopération entre les autorités locales et régionales ayant un rôle dans l'enseignement scolaire ;
  • donnent l'occasion aux autorités scolaires de différentes régions de travailler ensemble sur un ou plusieurs sujets d'intérêt commun ;
  • aident les régions participantes à développer et à échanger les meilleures pratiques, à créer des outils visant à favoriser une coopération transfrontalière durable, et à conférer une expérience européenne d'apprentissage aux enseignants, aux élèves, aux administrateurs des écoles et autres.


 












© 2011 Conseil départemental de la Dordogne.
Tous droits réservés.